‘‘REVOLVER PHOTOGRAPHIQUE’’,
W. THOMPSON / A. BRIOIS, 1862
Texte de Isabelle Cazeils,
Le 3 septembre 2020

Haut les Mains ! Clic ! ...
Le "Revolver Photographique" de 1862, créé par Warren Thompson et fabriqué par un constructeur parisien (Charles) Alfred Briois. Un appareil photographique inspiré par le pistolet de l'inventeur Américain Samuel Colt. Au lieu de contenir des balles, le boîtier de l'appareil, un cylindre en laiton, était équipé d'une plaque circulaire et permettait de faire successivement quatre clichés "médaillons"* de 23 mm de diamètre, sans recharger l'appareil. Le mécanisme était ingénieux : l'objectif se situe dans un tube en laiton et effectue sa mise en point en haut et lors de la "détente", ce dernier descend, se place devant la plaque et déclenche l'obturateur. Le photographe tenait le manche en bois de l'appareil d'une main et de l'autre il effectuait les réglages.

L'un de appareils les plus anciens, rares, originaux et ingénieux de ce type. Cependant, à l'époque, ce ne fut pas un succès commercial. Aujourd'hui, le nombre d'appareil reste inconnu mais à priori seulement moins d'une centaine aurait été fabriquée (peut-être moins d'une cinquantaine).

Passé très peu de fois aux enchères dans le monde, notamment en 1989 et en 2005.

 

Serait-ce Warren T. Thompson, un photographe américain, amateur d'armes, actif de 1840 à 1870, qui vivait à Paris de 1845 à 1860 (Studio rue de Choiseul à Paris et Membre de la Société française de Photographie). Vers 1862, il part à Londres, continue de déposer des brevets en France puis en Angleterre. Ce dernier a amélioré la méthode de colorisation des daguerréotypes par galvanoplastie et a produit de nombreux daguerréotypes.

Plusieurs brevets en lien avec la photographie et la stéréoscopie ont été déposé en France par Warren Thompson.

Concernant cet appareil : Brevet d’Invention n°52713 déposé le 20 Janvier 1862 à 3h22 au Secrétariat Général de la Préfecture du Département de la Seine et constatant le dépôt fait par S. Thompson (...)

 

Il est délivré que S. Thompson (Warren) artiste, représenté par Le Blanc (Adolphe), à Paris, rue Sainte Appoline, 2. (...) un brevet d’invention de quinze années, qui ont commencé à courir le 20 janvier 1862, pour un Système d’appareil photographique dit : Revolver Photographique (...)

 

Lot faisant partie de la vente aux enchères, sous le numéro 142

Paris, Drouot, le Samedi 3 Octobre 2020

Auction, Saturday October 3, Drouot Paris

Sous le marteau de Maître Olivier Lasseron et l'expertise de Mme Isabelle CAZEILS

Revolver Photographique Thompson Briois portant le Numéro 17. Dimensions H13 x L 8,5 x P16 cm.

Le brevet stipule : 

"... Les épreuves photographiques dites instantanées offrent de grands avantages dans une foule de circonstances, que depuis quelques temps, les efforts des personnes qui s’occupent de photographie, se sont en grande partie portés sur ce genre d’épreuves, seulement à mon avis, jusqu’à présent il n’existe pas d’appareil réellement approprié à ce mode d’opération, en effet, l’appareil destiné à obtenir des épreuves dites instantanées, doit être très transportable, facile à régler pour la mise au point et pouvant fonctionner dans n’importe quel sens, sans qu’il soit nécessaire d’établir un pied ou support destiné (?) (...).

Je suis arrivé à combiner un appareil remplissant les conditions (...)

Fonction de l’appareil. On tient à la main cet appareil par la crosse et, comme un pistolet ordinaire, pour mettre la plaque sensible dans la boîte, il suffit de tirer le verrou et de rabattre la plaque «e», comme fig. 7, de placer la plaque sensible et de refermer la boîte qui sera complètement privée de lumière, jusqu’à d’un côté, la plaque»e» porte une gorge dans laquelle s’engage la boite er de l’autre, l’orifice n’est recouvert par l’obturateur de lumière «u».

On règle la mise au point, comme avec les appareils ordinaires (...) appuyant sur le bouton «c», on fait basculer l’équerre (?), le goujon (?) se dégage de l’entaille pratiquée à la partie supérieure de la lunette ou douille (?) qui n’étant plus maintenue par le goujon (?) s’abaisse, entraînée par les ressorts à boudin, et l’objectif vient se placer en face de l’orifice (?), la partie droite inférieure (?) de la lunette, vient, en s’abaissant, appuyer sur la tête du goujon «z», par conséquent le levier «z» et la branche (?) de l’obturateur (?), n’étant plus maintenues, le barillet (?) entraînera l’obturateur, jusqu’à ce qu’ayant fait une révolution, la branche «v» vienne de nouveau s’appuyer sur des (?) de la bascule (?), si l’on veut laisser plus longtemps la plaque sensible en contact avec la lumière, il suffira de maintenir le doigt sur le bouton «c» et le (?) de l’obturateur «u» (?) sur la partie inférieure de l’équerre, l’orifice «m» restera ouvert, que l’on abandonnera le bouton «c», l’obturateur viendra recouvrir l’orifice.

Lorsque l’on aura obtenu une épreuve, il suffira de faire tourner la boite (?) sur son axe, pour mettre une autre partie de la plaque sensible, en rapport avec l’orifice «m», un petit arrêt (?), indiquera juste la place où doit s’arrêter la boite, il y a des entailles (?) communiquant avec cet arrêt et en nombre égale à celui des épreuves qu’on peut obtenir, selon la grandeur de la plaque (...).

En résumé, (...) cette demande de Brevet d’invention a pour but de m’assurer la propriété d’un appareil photographique que je nomme : Revolver photographique, destiné à obtenir des épreuves dites instantanées (...). Paris, le 20 janvier 1862 ..."

Expert : 

Isabelle CAZEILS

Experte en Photographie et Matériel Photographique de Collection

 

Membre de la CNE (Compagnie Nationale des Experts)

et de la SFP (Société Française de Photographie)

Provenance :

Dans une même famille française depuis plus d’un siècle. Appareil acheté par un aïeul, un médecin passionné de photo et proche du milieu artistique et intellectuel parisien.

 

Bibliographie. :

Colin HardIng, Histoire de l’appareil photo, Art & Images, 2012

Michel Auer, Le livre-guide des appareils  photo anciens, 1981

Archives Institut national de la propriété industrielle

Getty Museum, Société française de Photographie

Bibliothèque Nationale de France

© Photographies : Studio Eric Reinard / Textes : Isabelle Cazeils

© 2018 par Isabelle Cazeils by Galerie iClic & Expertise iClic

  • White Instagram Icon
  • White Twitter Icon